Auteur Sujet: Pont entre les arts, l'unique performance est-elle suffisante pour vous?  (Lu 5229 fois)

Ahahah

Merci encore pour les contributions, cela vous prend du temps et c'est possiblement prise de tête. :)

Manurayss, je vois que tu n'es pas très sensible à ces oeuvres comme moi. Merci pour ton passage. Le principal reproche que je ferai est le même que toi, cela ne semble rien raconter d'intéressant pour moi. Comme hommage, on a aussi connu incontestablement de meilleure approche.

Vincent, je pense que notre discussion se finira bien mieux autour d'une bière :) car il y a vraiment des passages que je ne comprends pas. Je ne sais pas ce que tu entends par "lien organique" mais en ce qui me concerne, je l'interprète comme un lien structurel fort, or un tel lien existe entre la peinture et la photo. Il y a tout un héritage entre les deux (cf. premier lien sous google mais il y a plein de lectures à ce sujet http://www.larousse.fr/encyclopedie/peinture/photographie_et_peinture/153827). Je ne sais pas pourquoi tu insistes sur le processus de production pour dire que ces 2 arts ne vont pas dans le même sens alors que ce n'est qu'une composante; la principale composante étant tout de même pour moi l'intention, les projections des auteurs des oeuvres. La technique de production dans ce débat ne m'intéresse pas. Il y a par exemple le plasticien Yaacov Agam dont j'aime bien le travail, ses oeuvres ne s'arrêtent pas à un médium et la technique de réalisation de ses tableaux pourrait être facilement enseignés aux collégiens. Il crée son langage et utilise les moyens qui lui conviennent.
Sinon quand je dis que la photo n'apporte rien à la peinture et la peinture n'apporte rien à la photo, je précise au cas où que c'est limité aux images présentées ici, sinon c'est très loin d'être ma pensée. Pour moi dans "outil", je pourrais facilement inclure (surement à tort) les techniques de composition et là Léonard, que tu as cité, a aussi révolutionné, et la photo (et plus généralement les arts graphiques) a hérité de cela.
Il y a d'autres passages que je ne suis pas sur de saisir non plus mais cela sera plus facile de finir autour d'un verre. Je te remercie pour avoir pris le temps de me donner ton point de vue, c'est vraiment sympa.

Seb, Jc, Ugo, merci pour vos compléments, je suis avec attention. Jc, je n'étais pas parti sur la technique uniquement puisque justement je trouvais qu'elle n'apporterait rien ici et que je ne saisissais pas son choix pour raconter, émouvoir (Ugo a sorti "admiration" comme émotion, oki good)

Jc et Ugo: que ressentez-vous personnellement devant ces travaux?

Fab: non je ne partage pas ton goût pour ta statue rose. :D (sinon j'aurai adoré qu'on en parle pendant des heures et qu'on fasse plein de photos ensemble sur ce sujet)
干杯. Skål. Будем здоровы. فى صحتك:. Å’kålè ma’luna.

Christian Leydet

  • Membre de l'association
  • Membre addict
  • *****
  • Messages: 10129
    • Voir le profil
    • Poker ce membre
Ce qui pose naturellement la question du détournement d'une oeuvre (photo ou peinture) dans son rendu public, ici il s'agit d'un détournement sympatoche d'un tableau de Hooper en projection 3D dans New York(il y a partage)
et voici la question du "faire croire"  de Juan Casas qui dessine au stylo bleu à partir de ses propres photos intimes, ici je trouve qu'il s'agit d'un effet (quelque soit sa technique de dessin bonne ou mauvaise) extrêmement narcissique qui n'a pas beaucoup d'intérêt mais qui "marche" à l'heure actuelle. De surcroît, je n'ai encore jamais vu une fille s'essuyer les fesses assise sur les toilettes, celles que j'ai vues, elles se lèvent et écartent un peu les jambes.
Et comme parler des autres c'est facile, voici un détournement par mes soins d'une de mes photos, ou je ne vise pas "l'impact" mais ou je parle "autre chose", même si à toi le regardeur ça ne te parle pas ;)
« Dernière modification: 22 août 2013, 11:50:21 par Christian Leydet »
Viens, je vais te montrer mon "tuto"!

Ugo

  • Modérateur
  • Membre addict
  • *****
  • Messages: 6864
    • Voir le profil
    • Poker ce membre
@Ahahaha : pour ma part ce que je ressens face aux oeuvres présentées :
- les 2 1res : des tons tranchés qui donnent un côté improbable au rendu et un certain dénument -> un aspect onirique avec des couleurs éclatantes, un couple qui s'aime sous un soleil qui luit toujours dans un ciel bleu azur ; ça m'évoque une forme de perfection dans le sens d'une forme d'idéal : tout est beau, propre, sans fioriture
- les deux suivantes : rien de particulier ; sans voir les détails on ne peut se douter que c'est une peinture et en tant que photo ça reste finalement assez 'déjà vu' ; un des avantages de la peinture sur la photo ne serait-il précisément pas de pouvoir 'inventer' la réalité, la tordre un petit peu pour lui faire dire ce qu'on veut faire passer ? Du coup pour moi qui suis totalement inculte en peinture et n'en connais pas les contraintes techniques, recopier une photo sur une toile me semble juste représenter une perte de temps
- les deux dernières : impressionné par le rendu, p-ê parce que j'ai pas mal dessiné moi-même étant jeune, mais pas touché plus que si c'étaient de simples photos.

Voilà. ;)

Vincent

  • Invité
Coucou les Loulous,

@ Meng, je te dirais que le communicant que je suis est frustré de ne pas se faire comprendre.

Alors pourquoi j'ai parlé de technique ? J'essaie de t'expliquer le cheminement de ma pensée.

Sans doute parce que dans ton post initial, j'ai un peu trop été attiré (à tord peut-être) par le mot technique et performance (avec la notion de performativité - néologisme emprunté à l'anglais - qui implique la notion de process de production).
Ensuite, la question présente dans le titre de ton message était "l'unique performance est elle importante pour vous" ? Pour ma part, je l'ai compris comme "est-ce que seule une grande maîtrise technique est important pour vous ?"

J'ai évoqué cet aspect des choses dans ma première réponse qui n'était pas très claire à tes yeux, du coup, j'ai précisé dans une seconde réponse, ce qui t'a conduit à penser que je focalisais sur le côté technique de l'art.

Ensuite, comme tu disais que justement tu voulais notre avis au-delà de la performance (que, résolument, je comprends comme quelque chose de technique, en tout cas pour le sujet qui nous occupe), j'ai répondu la chose suivante :

EDIT :
Quand je regarde un visuel, photo ou autre, ou même une sculpture, je ne m'intéresse pas tant que ça à la technique. Je regarde le sujet et je vois si ça me parle ou pas [...] et que ce soit une photo ou un dessin m'importe peu au final.
Donc, pour résumer mon ressentit, je dirais : le sujet est premier, la technique est secondaire.


Aussi, ne suis-je pas dans les clous en ayant répondu d'une part sur la notion de performance (qui était tout de même le titre du post) et d'autre part, en donnant mon avis sur ce qui t'importait, à savoir le ressentit ?

Ahahah

@Christian: Je trouve le détournement excellent car il l'amène parfaitement dans la rue. Le rendu est bon. J'avoue que je serai curieux aussi que tu m'expliques le pourquoi de ton détournement de photo. Cela m'intrigue vraiment.  ;)
Sinon tu as raison, parler des autres est en général plus facile que de soi. Perso, je ne vois pas l'intérêt de parler de moi car je n'ai rien à raconter en la matière et ne publie aucun travail de manière sérieuse. J'ai déjà présenté mes dessins de jeunesse et quelques aquarelles chinoises. Je fais aussi des dessins à l'encre de chine ou au crayon mais sans aucune forme créative, c'est purement récréatif et sans intérêt. Les gars ici ont une véritable démarche et j'espère que nous pouvons parler d'eux en tant que spectateur puisqu'ils sont en plus sélectionnés par d'autres DA ou autres. Leurs travaux présentent un intérêt certain pour plein de personnes donc j'essaie de comprendre.

@Ugo: Merci pour le partage de ta vision sur ces images.
Un des avantages des autres arts graphiques sur la photo est en effet pour moi une liberté plus grande dans la représentation des réalités. Par exemple, je n'ai pas d'attrait pour la majorité des photos impressionnistes, pour des photos trop abstraites car je préfère admirer dans ce cas les peintures des maitres.

@Vincent: C'est bon je suis définitivement convaincu que nous avons sur ce coup un problème de compréhension. Je ne me demande pas du tout pourquoi tu parles de technique. Mon post permet en effet d'aborder ce sujet.
Je me suis relu (punaise c'est chiant :)) et mon problème c'est que je n'arrive pas à suivre ton raisonnement et certains de tes arguments. Je veux bien parler de technique (même si les techniques de production ne sont pas ce qui m'intéresse ici). Tu vois bien que j'ai réagi à tes termes "hormis visuellement", "vont pas dans le même sens" pour cause de processus de production différent (en recadrant dans le contexte des travaux présentés ici), temps d'apprentissage, "lien organique" etc. Je pense que nous avons des sensibilités différentes, c'est évident et heureusement pour la diversité de l'échange. Par exemple, il y a des questions que tu as sur lesquelles je n'ai pas réagi car c'est en dehors mon champs de considération comme: " la question que je me pose, c'est est-ce qu'il dessine à partir d'un modèle vivant présent, sous ses yeux où alors, il y a une dimension créative, il dessine seul face à bureau/chevalet ?" On a une vision de la création qui est différente et je pense que cela contribue à mon incompréhension. :D
Au final, je crois avoir saisi ton ressenti sur ces travaux mais certains passages de ton discours me laissent dubitatif. Rien de grave, un bon verre réglera cela. Merci encore (tu es dans les clous, c'est moi qui n'ai pas tout compris - surement une question d'hormones :D).
干杯. Skål. Будем здоровы. فى صحتك:. Å’kålè ma’luna.

Christian Leydet

  • Membre de l'association
  • Membre addict
  • *****
  • Messages: 10129
    • Voir le profil
    • Poker ce membre
Meng : voici le pourquoi.

2002, je m'étais mis en retrait provisoirement du monde du spectacle, je venais d'écrire un bouquin, je voulais explorer une autre forme que l'écriture ainsi qu'une autre forme de la photo, période désargentée, peu importe, je possédais juste un petit kodakeasyshare alors qu'autrefois j'avais de super appareils argentiques et je développais moi même. Aucune apparente envie de "faire de l'effet", d"être connu", mais un besoin de créer, de recherche sur qui je suis. J'ai toujours considéré que (contrairement à Vincent) que celui qui fait une photo parle de lui-même, a un sens, même si il n'est pas intellectualisé. Et ce n'est pas le regardeur qui décide du sens (le regardeur ne peut qu'agréer, ne pas comprendre, y voir autre chose, sentir, ne pas sentir, apprécier, haïr. Le photographe est le "maître" du jeu, ne serait-ce que parce qu'avec son index, il "clic")

Ici, c'est le résultat d'une des 14 images d'une oeuvre qui s'appelle "le petit ponton" (cf abstrait conceptuel "le petit ponton")

L'intention, en aucun cas faire une introspection "intérieure" (genre autoportrait, dans ma maison, etc...) et en aucun cas une "extraversion" de l'"ailleurs" (comme Pablo fait en allant au "bout du monde"

L'essai, l'intention, le besoin : faire avec ce que je suis, là ou je suis, avec le matériel que j'ai. Pas d'esbroufe. Aussi, j'ai choisi pendant 6 mois de photographier sur et à partir d'un petit ponton qu'il y a a 10 pas de chez moi (Vins, JcM, W@w@_le, Leinik, Neelah, le connaissent.)

Sur ce petit ponton, il ne se passe rien, a part quelques barques ancrées, la vase, la rivière, le ciel changeant. Et c'est là que ça devient intéressant : comment à partir de "rien", moi le petit bonhomme je peux extraire quelques "pépites", ou m'évertuer à le croire? Le principal étant de "faire".

Sur un petit ponton, l'on arrive... sur un petit ponton, l'on repart...

Bref, ici la photo de départ n'est pas un cordage, la vase, une bouée, les lattes du plancher du ponton, c'est un coucher de soleil pris du ponton... le soleil se couche à l'ouest... à l'ouest il y a "Frisco" (San Francisco). C'est là-bas qu'est parti émigrer la famille d'Isidore Boudin (famille Bordelaise crèvant la dalle) en 1850, pleine découverte de l'or en Californie... au lieu de "croire" à l'or, Isidore Boudin a fait ce qu'il savait faire à San Francisco, il a ouvert une boulangerie... et miracle, cela a marché... aujourd'hui en 2013... tu peux commander un petit déjeuner à la française (livré en 3 jours par UPS), que tu sois à Paris ou à Pékin... Aux USA, on prononce : "Aïsidor Boudiine"...

Dans le résultat final du travail de cette photo, il est mentionné "le déjeuner d'huîtres", célèbre peinture de Jean François de Troye en 1735 montrant les fastes de la "Cour", j'avais besoin de cette référence pour la mettre en opposition avec la pauvreté initiale d'Isidor Boudin.

Donc, la photo du coucher de soleil. Toc, je la retourne, la contraste à mort pour mettre en exergue la ligne d'arbres aux tons noirs et bruns qui vont me servirent pour faire ces 2 sortes de personnages "giraphes" pointus (que je nommerai Lebesoin et Lanécéssité qui nous poussent... ( qui dominent de façon effrayante isidore Boudin le personnage de gauche qui courre là-bas vers eux...)

Et surtout beaucoup de blanc violent pour faire les découpes, la vie est violente.

Et tout ça avec "Paint pour gosse"... Qu'est-ce que j'en ai à foutre de "Lightroom pour adultes", mon propos n'est pas de plaire mais de bavarder...

Tu vois, au bout du compte, tu as une image graphique épurée, faite de bric et de broc, de guingois, qui dis un peu de ce que je suis, pas de ce que je voudrais être...

Tu vois, au bout du compte, je fume, je fume... je me pose des tas de questions... la performance? Je m'en bats les testicules, que ça soit la gauche ou la droite...

  :tchin:
« Dernière modification: 23 août 2013, 11:58:20 par Christian Leydet »
Viens, je vais te montrer mon "tuto"!

Ugo

  • Modérateur
  • Membre addict
  • *****
  • Messages: 6864
    • Voir le profil
    • Poker ce membre
@Christian : tu as bien fait d'expliquer parce que je n'aurais pas trouvé tout ça tout seul ; c'est un peu comme certains monuments que tu visites sans t'arrêter quand tu n'as pas la visite guidée. ;)

Christian Leydet

  • Membre de l'association
  • Membre addict
  • *****
  • Messages: 10129
    • Voir le profil
    • Poker ce membre
OUI, merci Ugo de ton passage, il est très vrai et ton commentaire le dit, ce genre de truc il est bon qu'on l'explique.  :tchin:
Viens, je vais te montrer mon "tuto"!

Henriette Dumans

  • Super actif
  • ****
  • Messages: 318
  • Le jour de ma naissance , un scarabée est mort .
    • Voir le profil
    • Poker ce membre
Contribution définitive à ce débat oiseux voire stérile .

Christian Leydet

  • Membre de l'association
  • Membre addict
  • *****
  • Messages: 10129
    • Voir le profil
    • Poker ce membre
C'est drôle Henriette, il y a 2, 3 jours je m'étais amusé a traité cette photo de Flash en jaune et noir  [:jcm] :good:
« Dernière modification: 23 août 2013, 15:47:47 par Christian Leydet »
Viens, je vais te montrer mon "tuto"!

Ahahah

@Christian: je trouve tes explications très intéressantes (faut que je relise un coup tout de même)! En ce qui me concerne, tu as atteint ton but, cela me donne bien envie de bavarder avec toi en vrai.
Je suis aussi content d'en apprendre un peu plus sur chacun des membres du bistro et c'est sympa d'avoir pris ce temps pour m'expliquer une partie de toi.  :jap:

@Henriette: non pas que la discussion présente soit intéressante pour bcp mais fallait surtout pas te forcer à contribuer, faut jamais hésiter à passer son chemin.  :tchin:
干杯. Skål. Будем здоровы. فى صحتك:. Å’kålè ma’luna.

Vincent

  • Invité
J'ai toujours considéré que (contrairement à Vincent) que celui qui fait une photo parle de lui-même, a un sens, même si il n'est pas intellectualisé.

Je ne crois pas avoir dit le contraire Christian. Il est vrai que certains choix de sujets peuvent révéler des "choses" quant à l'auteur et ce, effectivement, même si l'acte photographique n'est pas intellectualisé. Cependant, un photographe ponctuel qui fait des photos macro de son potager, je ne suis pas sûr que cela soit très révélateur de quoique ce soit.

Par ailleurs, je fais une très nette différence entre ma façon d'aborder la photo et celle des autres et je ne fais en aucun une prescription de la mienne.

Et ce n'est pas le regardeur qui décide du sens (le regardeur ne peut qu'agréer, ne pas comprendre, y voir autre chose, sentir, ne pas sentir, apprécier, haïr. Le photographe est le "maître" du jeu, ne serait-ce que parce qu'avec son index, il "clic")

Christian, décider ou non de la prise de vue ne fait pas de toi le maître du sens de ton image. Tu décide si oui ou non elle existe sur le film ou ta carte mémoire et ensuite physiquement si tu développe/tire mais tu ne décide pas de son sens.

Je resitue les choses dans un contexte plus large, celui de la communication. Je suis désolé de te contre-dire mais la communication fait sens à la réception du message. La communication est une situation d'interaction si l'émetteur du message balance son information en se foutant totalement de ce que va en comprendre le récepteur, il n'y a pas de communication. Bien sûr, un photographe peut faire des photos pour lui-même parce que l'acte photographique revêt une dimension impérative, nécessaire ou que sais-je encore. Mais s'il décide de les montrer à quelqu'un c'est parce que il attend quelque chose de ce quelqu'un qui va regarder les photos en question.

Un autre argument qui va à l'encontre de ce que tu dis. Imaginons que je trouve une photo de famille dans une malle entreposée dans le grenier de Tata Yvonne. Elle est morte, on ne sait rien des circonstances de prises de vue. Cette photo n'aura de sens que celui que moi je vais lui donner et on serait bien en peine de reconstituer le sens que cette brave Tata a voulu donner à cette photo.

manurayss

  • Membre junior
  • **
  • Messages: 51
    • Voir le profil
    • Poker ce membre
J'ai toujours considéré que (contrairement à Vincent) que celui qui fait une photo parle de lui-même, a un sens, même si il n'est pas intellectualisé.




Et ce n'est pas le regardeur qui décide du sens (le regardeur ne peut qu'agréer, ne pas comprendre, y voir autre chose, sentir, ne pas sentir, apprécier, haïr. Le photographe est le "maître" du jeu, ne serait-ce que parce qu'avec son index, il "clic")

Je suis d'accord!

Christian, décider ou non de la prise de vue ne fait pas de toi le maître du sens de ton image. Tu décide si oui ou non elle existe sur le film ou ta carte mémoire et ensuite physiquement si tu développe/tire mais tu ne décide pas de son sens.

Bien sur que Christian, si il est un bon photographe, décide du sens de son image!

Un autre argument qui va à l'encontre de ce que tu dis. Imaginons que je trouve une photo de famille dans une malle entreposée dans le grenier de Tata Yvonne. Elle est morte, on ne sait rien des circonstances de prises de vue. Cette photo n'aura de sens que celui que moi je vais lui donner et on serait bien en peine de reconstituer le sens que cette brave Tata a voulu donner à cette photo.

Mais on va essayer! Avec les outils et indices qui sont à notre disposition : la personnalité de Tata Yvonne, les personnes présentes sur la photo, leurs mises vestimentaires, si la photo est posée, prise sur le vif en interieur ou pas, un pola, un N&B, couleur, carré, rectangle...etc afin de déterminer les circonstances, la date et donc l'intention de tata Yvonne au moment de la prise de vue. Même si nous n'arrivons à aucune conclusion certaine, Tata Yvonne nous aura fait cogiter un petit moment: elle est donc bien la maîtresse du jeu! CQFD Non?

Christian Leydet

  • Membre de l'association
  • Membre addict
  • *****
  • Messages: 10129
    • Voir le profil
    • Poker ce membre
 [:misterpablo:5] Tous contre Vincent, yes, on va l'destroy  [:misterpablo:5]

Vincent, le gars qui photographie son potager, peut avoir 1000 raisons de le photographier (et je sais de quoi j'cause) et imagine le gars, il plante une graine de chou, pendant 365 jours il fait 1 photo du chou qui pousse. Même si ses 365 photos sont à chier, en ce cas l'unique performance est suffisante pour moi.  ;)

Maintenant, tu as raison quand tu dis que de tel regardeur le chou va pas lui "parler", que tel autre va y voir "la naissance du monde", que tel autre va avoir une montée de testostérone à la vue de ce (Brassica oleracea), que tel autre va se dire : "p'tain j'ai perdu du temps à regarder cette connerie" (cf : ça énerve Henriette), etc... et chacun en fait de dire "j'existe" à sa façon et par rapport à ce chou.

Mais le plus important, là, pour moi, c'est que toi depuis quelques temps, tu t'engages dans des voies photographiques que je trouve très intéressantes, et qui j'espère, aboutiront à un peu de reconnaissance.  :tchin:
Viens, je vais te montrer mon "tuto"!

Vincent

  • Invité
[:misterpablo:5] Tous contre Vincent, yes, on va l'destroy  [:misterpablo:5]

T'inquiète, je suis blindé  ;)



Vincent, le gars qui photographie son potager, peut avoir 1000 raisons de le photographier (et je sais de quoi j'cause) et imagine le gars, il plante une graine de chou, pendant 365 jours il fait 1 photo du chou qui pousse. Même si ses 365 photos sont à chier, en ce cas l'unique performance est suffisante pour moi.  ;)

Je suis d'accord avec toi, il a peut-être 1000 raisons de le photographier son chou. Alors oui, peut-être que si ce maraîcher fait 365 photos du même chou pendant un an à raison d'une par jour, rigoureusement à la même heure, on peut en déduire quelque chose sur la personnalité de ce m'sieur, que ça a du sens, mais quoi, lequel  ? Qu'est ce que l'on va en retirer au final concernant l'auteur ?
Le travail photographique d'Antoine d'Agatha permet de percevoir des choses sur lui mais il y a tout de même des sujets qui sont plus ou moins engageants à titre personnel.
Et un mec qui parcours les routes de France pour sérier les types de panneaux de signalisation routière... il y a un moment où j'ai arrêter de voir/chercher des interprétations psychanalytiques quant à la nature profonde des photographes.



et chacun en fait de dire "j'existe" à sa façon et par rapport à ce chou.

Tu vois bien qu'en disant cela tu admets implicitement que justement cette photo de chou va prendre du sens à sa réception par le spectateur. Tu le souligne, ce qui compte, c'est ce "je" (le spectateur) par rapport au chou (le sujet).

En tant que communicant, ça me déglingue, et lorsque j'ai présenté ma série à Arles, j'ai été surpris par certaines interprétations alors que je fais tout pour faire passer mon message le plus clairement possible. Et bien non, le spectateur est autonome face à la photo et le sens, c'est lui qui lui donne.



Mais le plus important, là, pour moi, c'est que toi depuis quelques temps, tu t'engages dans des voies photographiques que je trouve très intéressantes, et qui j'espère, aboutiront à un peu de reconnaissance.  :tchin:

Rhooooooo, c'est gentil tout plein Christian, je te remercie pour ces mots.  [:crbdx:9]

 

Blog Photo Forum Photo Bistro Photo Partenaires Aide Contact Le huitime art
Réalisation : CL-DEV | Powered by SMF 2.0 RC5 | SMF © 2006–2009, Simple Machines LLC